was successfully added to your cart.
École

Les devoirs en douceur, c’est possible !

By 17 août 2017 No Comments
devoirs à la maison, méthode devoir

Nos chérubins sont sur le point de reprendre le chemin de l’école. De notre côté, la Crapouille fait sa rentrée en CE2. Et là, prise de conscience ; retour à l’école = retour des devoirs ! D’où l’idée de ce nouvel article pour vous partager 5 astuces pour des devoirs zen.

Je laisse aux enseignants, éducateurs et chercheurs le soin de débattre entre eux du mérite des devoirs. En attendant, c’est une réalité pour la plupart des parents et enfants : de temps à autre, il arrive à Crapouille de nous lancer un « Je n’ai pas envie de faire mes devoirs » « Pas maintenant »…Derrière cette attitude, l’enfant peut exprimer, de façon plus ou moins forte, un manque de motivation, se sentir embarrassé par son incertitude ou la peur de se tromper devant nous maintenant qu’il ne peut plus s’appuyer sur l’aide de ses camarades et l’assistance de l’enseignant.

Ok, alors comment fait-on pour que moi, parent, je me sente à l’aise avec ce super problème de maths tout en permettant à mon enfant de retrouver de l’énergie après cette journée d’école ?

Certaines techniques sont motivantes et efficaces pour accompagner notre enfant avec succès dans ses devoirs. Ce temps a priori « contraint », pourrait même se transformer en un beau moment de partage.

Je vous livre quelques méthodes de travail que j’apprécie particulièrement et auxquelles Crapouille s’adonne bien volontiers.

1 – Adopter la bonne posture

 

On ne va pas se mentir, les devoirs ne sont pas forcément notre tasse de thé. Mais n’oublions pas que nous sommes des modèles pour nos enfants chéris. Alors on oublie les soupirs (oui je vous entends)…sinon notre enfant va adopter la même posture face à ses devoirs.
Positivons plutôt, on profite de ce moment pour revoir nos bases ou jouer au petit chercheur en compagnie de son enfant (si notre agenda le permet bien entendu).

Petit détail qui a son importance : pour qu’un apprentissage soit fécond, la majorité de la recherche doit venir de l’enfant.

On lit avec lui les consignes données par son enseignant et on vérifie que les énoncés des exercices sont bien compris. Là, c’est le moment de le laisser seul se concentrer sur ses devoirs. Prenez soin de lui indiquer que vous n’êtes pas loin et à sa disposition au cas où il aurait des questions ou rencontrerait des difficultés.

Attention, il ne s’agit pas non plus de venir l’aider toutes les 5 minutes à sa demande, cela pourrait alimenter un manque de confiance en ses capacités. Encouragez le plutôt à élaborer ses propres stratégies de recherche, dites lui de persévérer encore quelques minutes. S’il a définitivement besoin de votre aide, ne lui fournissez pas les réponses, votre enfant n’apprendra pas. Jouez au chercheur avec lui et accompagnez le dans son raisonnement pour qu’il parvienne à la réponse par lui même.
Dans un 2ème temps, si vous remarquez qu’une notion est vraiment difficile, il peut être intéressant de proposer des ressources comme quelques minutes sur Internet pour chercher une explication, une précision ou une réponse à sa question, toujours en votre présence. À ce sujet, je vous conseille d’ailleurs d’utiliser le moteur de recherche Qwant Junior  pour son respect de la vie privée, la neutralité des résultats et la publicité inexistante.

Vous allez me dire « mais que faire si je vois une erreur? » Super ! Accueillez la avec bienveillance car l’erreur est la meilleure façon d’apprendre. Demandez à votre enfant de vous expliquez son raisonnement et guidez le par des questions sur la façon dont il pourrait repenser sa réponse.

2 – La routine des devoirs, votre meilleure alliée

 

La co-création avec votre chérubin est de mise. Pour élaborer cette routine, questionnez le et écoutez le sur ses préférences :
– Que souhaites-tu faire après l’école ?
– Souhaites tu commencer par prendre un goûter ?
– Souhaites tu te changer et te mettre à l’aise ?
– Veux tu du temps pour te reposer ou jouer (vivement conseillé) ?
– À quel moment penses-tu être le plus efficace pour faire tes devoirs ?

Si votre enfant n’a pas de réponse à cette dernière question, vous pouvez le guider en lui donnant vos impressions. On aboutit à un mini planning avec chaque temps accordé aux jeux, aux devoirs (si possible pas plus d’une demi-heure, surtout avant 13 ans), au goûter.

Personnellement, dans mes lointains souvenirs, je prenais mon goûter et m’attelais aux devoirs directement afin d’être libre comme l’air le reste de la soirée. J’avais surtout une once d’angoisse à l’idée d’être interrogée le lendemain et la peur d’arriver le cahier vide devant l’enseignant… L’auto-motivation par la peur, pas terrible !

Bref, on le voit bien ici, en offrant le choix, votre enfant aura le sentiment d’être acteur de son temps ce qui induit de la motivation pour faire le travail pendant le temps imparti.

Cela ne fonctionne pas après un certain temps ? Il est toujours possible de revenir sur les points bloquants, réaménager le temps, trouver un nouveau rituel. La discussion est essentielle.

3 – L’horloge magique

 

Voilà, c’est fait, votre enfant a défini son créneau pour faire ses devoirs. Maintenant, plutôt que d’avoir vous même à lancer le « C’est l’heure des devoirs », qui peut être vécu comme un cri de guerre, je vous invite à laisser nos petits objets connectés inanimés et froids jouer ce rôle ;).

Utilisez un réveil/alarme par exemple qui sera réglé à la même heure tous les jours. Grâce à cette routine qui s’installera rapidement, votre enfant saura à quoi s’attendre et surtout quand s’y attendre.

Sur la question du temps à accorder aux devoirs, tout dépend de l’enfant. Il est tout de même conseillé de ne pas y passer plus d’une demi-heure avant 13 ans. À la maison, on utilise un sablier que Crapouille adore. Elle sait que lorsque les petits grains de sable auront fini de s’écouler, 15 mn seront passées. Elle apprend ainsi à gérer son temps de façon ludique.

Pour les plus grands, j’ai une petite idée, non encore testée. Cette façon de procéder pourra surtout être utile à nos petits rêveurs et créatifs pour qui la concentration est difficile. J’utilise l’application Forest pour travailler. À la base c’est une appli de déconnection, mais je préfère l’employer comme outil de gestion de temps.
Forest m’aide à me concentrer 25 mn (vous pouvez définir le timing) sur une tâche, le temps de planter un arbre virtuellement et pour de vrai. Tout un programme ! Et si par malheur, je touche le téléphone dans le temps imparti…mon arbre meurt et je peux dire au revoir à ma belle forêt.
Alors on fait de même avec nos enfants :  » Tu as besoin de te concentrer tant de temps sur cet exercice, si tu y parviens, tu auras gagné un arbre et 3 mn de pause. Mais si tu te mets à jouer ou que je dois te reprendre alors ton arbre cessera de pousser… »

À vous et votre enfant de trouver le bon rythme de travail.

4 – La méthode douce : méditation et sophrologie ludique

 

Entre la méditation et la sophrologie votre cœur balance ? Bonne nouvelle, même pas besoin de choisir, je vous propose d’alterner les pratiques selon l’humeur du jour de votre chérubin.

La sophrologie pour se libérer des émotions négatives

Le petit chat a passé une mauvaise journée ? Il en a gros sur la patate à cause d’une dispute dans la cour de récréation? Vous aussi un collègue/ client / patron vous a gonflé ? Alors c’est parti, on se libère ensemble des tensions par une courte séance de sophrologie qui propose parmi ses nombreux exercices imagés, l’exercice du karaté.

1

Prenez chacun une feuille et vous en faites une grosse boule toute froissée. Mettez y toute la colère (ou tristesse, peur) de votre journée. Pressez la, écrasez la de toutes vos forces !
2

Hop on se met debout, si ce n’est pas encore le cas, les jambes écartées, les pieds bien ancrés au sol, comme si même la plus grosse bourrasque de vent ne pouvait pas vous faire décoller !
3

On souffle profondément comme pour vider tout l’air de ses poumons, et on inspire par le nez tout en ramenant la main tenant la boule de colère à l’épaule.
4

On jette la boule le plus loin possible tout en soufflant bien fort par la bouche.
5

C'est reparti pour 2 tours pour vous détendre et vous libérer profondément tous les deux.

Les pensées parasites ont pris la fuite, le petit chat peut désormais se concentrer sur ses leçons !

Voici une vidéo de Delphine Bourdet, sophrologue, pour vous accompagner dans la réalisation de cet exercice (début à 0min58).

La méditation, pour oxygéner le cerveau

Avant de commencer les devoirs, un petit moment de méditation sera le bienvenu pour gagner en concentration. Et si vous vous prêtiez au jeu vous aussi et que vous faisiez ces exercices de méditation ensemble ? Après tout, nous aussi on a le droit à un peu de relaxation!

Un grand nombre de ressources existent pour les enfants dont le fameux « Calme et Attentif comme une grenouille » d’Eline Snel. Quelques extraits sont disponibles sur Youtube, en voici un :

5 – La régulation des émotions

 

Les émotions jouent un rôle considérable sur les apprentissages des enfants. Je ne saurai donc que vous conseiller d’offrir la box des émotions à votre enfant. Cette aventure à vivre en famille accompagne votre enfant à acquérir durablement des outils pour apprivoiser ses émotions. Élaborés par des professionnelles de l’enfance et du bien-être, ces activités ludiques et pédagogiques facilitent la concentration en classe et à la maison. Votre enfant travaille la lecture par la même occasion, que demander de plus  😉 ?

J’aimerais beaucoup connaitre vos astuces ! Comment se passent les devoirs à la maison ?

Leave a Reply